Manger du cru...


A l’approche de l’été, on avait tous la même idée : s’alléger.

Alors on avait bien pensé entamer un régime dissocié avec d’un côté les protéines mélangées à des légumes variés et d’un autre, des féculents bien accompagnés par des protéines végétales voire uniquement des légumes bien cuisinés.

Mais en fait, il est parfois bien meilleur de s’écouter.

Et quand on a déjà fait le tour de toutes les viandes qu’on souhaitait goûter et tous les poissons et fruits de mer qui sont actuellement péchés en mer, on se dit qu’il est peut-être bien temps de ne se mettre à manger que des légumes bien frais, des graines et un peu de fromage d’ovidés.

Or, où allons-nous trouver la force de mettre enfin un peu plus de verts dans nos assiettes parfois un peu trop mal composées?

En fait, on se laisse guider par toutes nos envies de parfums sur les marchés et surtout de goûter à des aliments qui parfois peuvent nous sembler bien fades au palais car on ne savait pas les accommoder.

On se trompe souvent sur ce que l’on ne connait pas en vérité, comme si on souhaitait conjurer un sort qui serait de tomber dans l’air de ceux qui veulent être hors norme et un peu en contre-sens de la société.

Et pourtant, pas besoin de suivre une mode ou même de vouloir imiter le voisin d’à côté, c’est un effet lunaire, solaire, cosmique, une mouvance de l’univers, une énergie nouvelle qui est en train de se relier à notre corps physique qui lui n’a plus qu’un désir : être totalement aligné avec qui on est.

Alors quand on ne désire plus être encombré et qu’on souhaite se consacrer à faire de notre vie un havre de paix, il me semble bien opportun de mettre enfin plus de vert et de vitamines dans nos assiettes, hiver comme été, et surtout de goûter à la joie renouvelée de mastiquer.

Savez-vous que c’est dans la salive que se trouvent les premières enzymes pour bien digérer?

Alors plus les fibres sont présentes dans ce que vous mangez et plus vous allez reprendre plaisir à mâchouiller ; vous savez comme le font les enfants quand ils commencent à avoir leurs dents de lait afin de pouvoir mieux réguler leur transit et s’offrir une belle flore intestinale pour être en pleine santé.

On oublie souvent que c’est au cours de notre existence qu’on perd le fil de nos bonnes idées. Alors reprenons le temps de bien manger. Non pas en abondance et surtout pas en matières trop composées. Il faut savoir établir un équilibre entre cru-cuit, terre-ciel, salé-sucré et surtout ne pas oublier d’assaisonner léger avec des huiles de très bonnes qualités.

Savez-vous que les carottes seront bien plus libératrices de leur bêta-carotène une fois qu’elles seront associées à une bonne huile d’olive vierge pressée à froid ou de colza pour les parfumer?

Pourquoi manger froid ou chaud quand il s’agit plutôt de rester à la température ambiante du corps qui ainsi ne fera pas trop d’effort pour assimiler ce repas qui vous permettra non seulement de réunir enzymes, vitamines et surtout acides aminés?

Alors oui, mettons toujours plus de cru dans nos assiettes et libérons-nous de nos croyances du passé qui nous laissaient penser que pour être fort comme un athlète, il fallait manger de la viande tous les jours.

Il y a un bon moment déjà que j’ai entamé cette nouvelle phase de mon alimentation après moult régimes, privations, excès en tout genre et sport en excès, et je ne me suis jamais sentie aussi libre dans mes envies et dans mon corps.

Le ventre est notre deuxième cerveau, a-t-on l’habitude de dire. Alors pour aller loin, ménageons bien notre organisme et donnons-lui ce dont il besoin et non pas ce qu’on croit parfois, sous couvert de pathologies, des choses pas top bonnes qui peuvent toutefois faire partie d’une petite dégustation de temps à autre, histoire de ne pas rentrer non plus dans les interdits.

Usez de tout et n’abusez de rien, c’est souvent ainsi qu’on se sent réjoui.


0 vue