Devenir végétarien : Et si on n'aime pas les légumes?


Vous allez me dire : si c'est comme ça, la question ne se pose même pas.

Et pourtant, ce serait mal connaître le végétarisme qui, je vous le rappelle, est surtout basé sur le fait de ne plus consommer de produits d'origine animale et non pas de prôner exclusivement les légumes crus, cuits, en potage, en jus ou en salade.

C'est vrai que la plupart des végétariens se nourrissent d'un maximum de légumes au quotidien, qu'ils aiment les préparer "nature" et les marier pour découvrir de nouvelles saveurs et différentes textures.

Mais quand on n'est pas habitué à manger des légumes et ce, depuis son enfance, c'est plus compliqué de s'y mettre avec l'âge.

Parfois on devient un fervent consommateur car on laisse de côté nos à-priori et nos peurs et on se met à découvrir de merveilleuses saveurs. Mais par d'autres moments, inutile d'y songer car rien que d'y penser, on n'a déjà plus envie de se mettre à table.

Quand on pense "végétarisme", on pense souvent assiettes de légumes, champ rempli de carottes et de haricots verts. Mais il ne faut pas oublier qu'il y a aussi toutes les céréales comme dans le pain et aussi en accompagnement(sarrasin, millet,...). Il y a aussi les graines qui apportent beaucoup de nutriments. Les légumes secs qui se mangent par tous les temps et des salades de fruits qui peuvent se manger assaisonnées d'une bonne huile d'olive et d'un vinaigre de pomme acidulé.

Quand vous mangez une tartine de pain au levain naturel, recouverte de houmous et servie avec des olives noires ou vertes, ne mangez vous pas végétarien?

Quand vous dégustez un plat de pâtes avec du pesto et servies avec des pignons de pin et du parmesan, ne mangez vous pas végétarien?

Et puis parfois, on reste bloqué sur de vieilles croyances car on a gardé en nous des souvenirs de notre enfance : les endives amères en salade ou cuites au jus de viande, le chou farci de notre grand-mère et les choux de Bruxelles de la cantine scolaire, les betteraves rouges au goût de terre...

Mais si vous prenez le temps et surtout si vous vous offrez cette parenthèse dans votre alimentation, d'oser goûter à de nouveaux produits naturels, préparés différemment de votre quotidien et surtout associés de manière très savoureuse et judicieuse, dans une quiche, dans un gratin avec une bonne vinaigrette, en jus ou en smoothie avec une paille, en soupe froide, en velouté, en tarte, farcis dans des crêpes ou des pittas, sur une pizza ou façon hamburger, il ne serait pas étonnant que finalement, vous deveniez vous aussi adepte d'un mode de vie bien plus riche en légumes verts ou variés.

Et puis n'oubliez pas qu'être végétarien, c'est aussi consacrer du temps à ce que vous faites, c'est privilégier la qualité à la quantité, c'est avoir une ouverture d'esprit sur l'actualité, c'est vivre en conscience dans l'instant présent, c'est respecter la vie sous toutes ses formes, c'est vivre en adéquation avec qui on est vraiment, etc...

Alors oui, on peut être végétarien et ne pas apprécier les légumes. Parfois aussi pour des raison de santé dans quel cas, il est bon par exemple de les manger en petites quantités, ou al dente, de bien les mâcher et de saliver au maximum et de ne choisir que ceux qui parlent à votre système digestif.

Quand on reste à l'écoute de soi-même et du monde qui nous entoure, on prend conscience que finalement beaucoup de personnes sont devenues ou deviennent végétariennes par envie, par goût, par besoin, par plaisir et certainement pas parce que c'est ainsi que se nourrissent les personnes dites spirituels.

Faites-vous plaisir, mangez ce qui vous fait du bien : pour vos yeux, dans votre bouche et au niveau de votre corps. plus vous mettez de sens en éveil et plus cela vous apportera de bienfaits.