Les fruits et légumes de saison : Le navet et la clémentine....


LE NAVET

Le navet est le troisième mousquetaire des légumes dits "basiques". Originaire d’Europe de l’Est, cette racine gorgée d’eau n’est pas aussi fade que sa réputation le laisse entendre. Au contraire, son goût caractéristique donne une touche indispensable à de nombreuses spécialités régionales comme à des plats très raffinés. Ses qualités nutritionnelles en font un compagnon de votre bien-être, apprécié de l’automne au printemps.

Le navet est une racine, mais saviez-vous qu’il appartient à la famille des choux ? Légume populaire à travers les siècles, il a l’avantage de pousser sur des sols pauvres. Cela lui a valu d’être pendant longtemps un aliment de base de nombreux plats rustiques. Il a été très longtemps l’un des aliments de base. Sa douceur est appréciée au printemps. En hiver, son caractère plus marqué entre dans la composition des soupes ou du pot-au-feu.

On trouve en France une trentaine de variétés de navets. Elles portent généralement le nom de leur localité d’origine. De formes et de couleurs variables, elles sont réparties dans trois grandes familles : variétés précoces, variétés de saison et variétés tardives.

Récoltées de février à juin, elles donnent des navets primeurs, généralement forcés. Le navet de Milan : Vous le reconnaîtrez à son collet rose vif à rouge violacé ainsi qu’à sa forme globuleuse et aplatie.

Navet nantais, navet de Croissy et navet des Vertus Marteau :

Ces trois variétés sont toutes uniformément blanches et présentent une forme cylindrique. Récoltées à la fin de l’été ou au début de l’automne, ces variétés ont en commun leur forme bien arrondie.

À cette période de l’année, le navet de Norfolk et le Tokyo F1 se font remarquer : ils sont tout blancs !

Racine à collet violet, le navet de Nancy est apprécié pour sa chair fine.

Comme son nom l’indique, le navet jaune boule d’or brille par sa teinte jaune pâle. Sa chair est légèrement sucrée.

Récoltées en arrière-saison, elles arrivent sur les étals à la fin de l’automne, voire au début de l’hiver. Vous trouverez donc en cette période le navet blanc globe à collet violet et le blanc dur d’hiver. Cette dernière variété rustique, en forme de toupie blanche, peut rester en terre jusqu’en décembre.

Légume basique en toutes saisons, le navet vous aide à passer l’hiver en forme ! Il a une forte teneur en minéraux et en fibres, contient de la vitamine C et est peu calorique.

Originaire d’Europe, le navet est également présent en Inde depuis des siècles. Des fouilles archéologiques ont permis de comprendre que le navet était autrefois cuit sous la cendre.

Jusqu’au XVIIIe siècle, il était consommé au quotidien dans toute l’Europe.

Il était surnommé "légume de disette" ou "légume des pauvres". Il a progressivement perdu sa place de choix avec l’arrivée de la pomme de terre.

Le Navet c’est un légume-racine très sain riche en vitamines, antioxydants et sels minéraux, puissant en potassium et regorgé d’eau, il possède plusieurs substances qui protègent le système immunitaire. Il a des propriétés émollientes et adoucissantes, il permet de prévenir l’anémie et certains cancers, très utile à les poumons, vous avez peut être remarqué que le navet devient sucré après sa cuisson, selon la pharmacopée chinoise la saveur sucrée permet de lubrifier et de rafraîchir le poumon.

Le navet est aliment qui est très recommandé dans le cadre d’un régime rapide car sa consommation régulière permet de maigrir sans reprendre du poids, c’est un aliment minceur très précieux, pauvre en calories et renferme de fibres alimentaire qui ont indispensables pour faciliter la digestion et le transite intestinal, de plus possède un effet de coupe-faim naturel qui réduit la sensation de faim et être rassasier rapidement. Ses feuilles sont très riches en vitamines C qui pourrait vous aider à accélérer le métabolisme et éliminer le stockage de graisses.

Vous avez les intestins fragiles ? Les composés soufrés et Les fibres insolubles des navets peuvent être irritants et provoquer des ballonnements, des douleurs.

Pour mieux digérer les navets, on peut les blanchir quelques minutes dans une première eau bouillante, avant de les faire cuire. On peut aussi choisir des petits navets (plus jeunes et plus tendres), ou des variétés plus douces comme le navet jaune ou boule d’or.

La pulpe cuite, en usage externe, est excellente contre les engelures, les douleurs de la goutte, les névralgies dentaires et les engorgements laiteux des seins.

En sirop : faites bouillir une livre de navets dans deux litres d’eau. Passez, ajoutez 1 kg de sucre et faites cuire en sirop. Contre les toux douloureuses.

La recette du jour : Soupe de navets et de carottes

Faire revenir 6 carottes et 6 navets, épluchés et coupés en morceaux dans du beurre ou de l'huile.

Ajouter 1 litre d'eau et 1 cube de bouillon

Cuire 30mn à feu doux

Mixer et ajouter un peu de lait

LA CLEMENTINE

Née au début du XXe siècle, la clémentine a rapidement fait sa place dans le quotidien des Français. Sa saveur douce et sa richesse en vitamines font de ce fruit hivernal un atout vitalité. Dégustée telle quelle ou travaillée en version sucrée ou salée, la clémentine met de l’énergie dans les assiettes !

Une clémentine pèse 70 grammes en moyenne. En fonction de la variété, le fruit est plus ou moins gros. À maturité, sa peau rugueuse varie du vert à l’orange vif. Son goût doux et acidulé excite les papilles.

Légère en calories mais riche en vitamine C, la clémentine est le fruit de l’énergie pendant les saisons froides.

Son absence de pépins et sa chair plus juteuse lui a permis de supplanter la mandarine dans le cœur des Français.

Facile à transporter, elle se déguste à toute heure de la journée. Elle réveille plats (viandes, salades, crustacés, poissons, féculents) et desserts de sa petite touche fraîcheur surprenante.

La Corse est le terroir de prédilection de la clémentine en France. Son climat généreux donne aux fruits toute leur saveur.

Sur les étals se trouvent différentes variétés de clémentines, reconnaissables principalement à l’épaisseur de leur peau et leur calibre : les Fines, les Oroval et les Nules.

- La clémentine de Corse, La clémentine Bekria (« précoce » en arabe), La clémentine Nour, La clémentine Hermandina

Votre odorat sera l’un de vos meilleurs atouts pour sélectionner les meilleures clémentines. Voici quelques autres conseils pour sélectionner vos fruits : Ne vous fiez pas à la coloration du fruit : mûre, la clémentine peut conserver une couleur verte. Sa teinte orangée est liée à l’ensoleillement mais n’intervient pas dans le degré de maturité de l’agrume ;

Le fruit doit être parfumé, charnu et ferme au toucher ; La peau adhère à la chair ; elle ne donne pas l’impression d’être soufflée. Le cas échéant, le fruit s’est déjà desséché en partie ; le pédoncule vert doit être fermement attaché.

La clémentine supporte très bien la conservation à l’air ambiant (6 jour). Cependant, si vous désirez la conserver plus longtemps (10 jours en moyenne), glissez-la dans le bac à légumes du réfrigérateur. La mise au frais préserve l’agrume de la déshydratation.

En plus de sa haute teneur en vitamine C, la clémentine est riche :

- en vitamines du groupe B (27,2 mg/100 g en moyenne) ;

- en fibres (1,7 g/100 g en moyenne).

L’histoire de la clémentine débute à Oran, au début du XXe siècle. Le père Clément, agronome en Algérie, sème des graines de mandarinier. Et, total fruit du hasard, parmi elles, s’épanouit un arbre complètement différent de ses congénères. Le religieux l’isole et récolte ses fruits : non seulement ils sont plus colorés, mais aussi plus goûteux que ceux de ses mandariniers. Le premier clémentinier est « né » !

Baptisée en 1902

Issu du croisement naturel d’une fleur de mandarinier et du pollen d’oranger, le fruit est baptisé « Clémentine » par la société d’horticulture d’Alger en l’honneur de son créateur.

Le fruit, grâce à sa saveur douce, sa chair sans pépin et sa longue période de commercialisation, se popularise très vite sur les côtes méditerranéennes (Espagne, Maroc, Italie, etc.).

Française depuis 1925

La Corse commence à cultiver la clémentine dès 1925. Mais ce n’est qu’à partir des années 1970 que le petit agrume commence à garnir les étals des marchés.

La France est un pays producteur d’agrumes, mais les clémentiniers sont tous concentrés dans la plaine orientale de l’île de Beauté (soit quelque 1 700 ha). Le climat exceptionnel de la Corse garantit aux agrumes une saveur et une qualité incomparables. Culture et récolte à la main démontrent tout le savoir-faire des producteurs de clémentines corses.

La recette du jour : Verrine de clémentines et palets bretons à l'orange

Ouvrez 1 orange en deux. Pressez-la et versez le jus dans une assiette creuse.

Trempez 4 palets bretons dans le jus d'orange et déposez-les chacun dans une verrine.

Retirez la peau de 4 clémentines.

Séparez tous les quartiers de clémentines et répartissez-les dans les verrines.

Versez une cuillerée à café de miel dans chaque verrine (laisse couler le miel en filet sur les fruits).

Parsemez les quartiers de clémentine d'un peu d'amandes effilées grillées.

Parfait accompagnement, le navet et la clémentine s'associent dans cette recette que vous pourrez découvrir en suivant ce lien : http://chefsimon.lemonde.fr/gourmets/cuisine-en-folie/recettes/canette-rotie-aux-clementines-corses-navets-boule-d-or-et-carottes-fanes