À force...


A force de trop dire, on finit par médire...

A force de trop prendre, on finit par se méprendre...

A force de trop se contenter, on finit par être mécontent...

Donc finalement dans ces histoires là du quotidien où il est régulièrement de bon ton de faire, de dire et surtout de donner, comment pourrait-on se comporter pour ne plus être dans cette obligation de voir les choses positives que nous mettons en place se retourner contre nous?

Est-il si dangereux de se mettre à dire tout ce qu'on pense au point qu'un jour, on en finisse par ne plus savoir où se trouve vraiment la véracité de nos propos?

Et en permanence donner aux autres ce qu'ils attendent pour nous renvoyer nous, injustement sur le bord de nos manques effectifs? Et faut-il se lever systématiquement de bonne humeur et ainsi faire croire aux autres que la vie serait parfaitement rose ou bleue ou verte alors qu'elle est très souvent grise, marron ou noire malheureusement?

Est-ce que c'est le trop qui finit par devenir insupportable ou alors est-ce finalement la régularité de nos actes? Doit-on poursuivre nos élans de solidarité, de partage, d'amour inconditionnel et surtout de bonté quand finalement, on se retrouve à ne plus du tout être en accord avec qui on est vraiment? Et puis enfin est-ce vraiment un acte conscient et intuitif de donner sans cesse à l'autre l'idée que tout serait parfait dès lors où le geste part de nous pour aller vers les autres au pluriel?

Beaucoup de questions ce matin qui parfois restent sans réponse. Mais ce n'est pas cela le plus important dans l'introspection, c'est de justement se poser la question. Et si les réponses ne viennent pas, c'est peut-être tout simplement parce que ce n'est pas le moment ou alors que cela ne vous appartenait pas vraiment .

Parfois certains aimeraient que vous puissiez être exactement à la place que eux aimeraient occuper. Alors ils vous chargent comme un baudet avec tous leurs espoirs et surtout toutes leurs demandes secrètes. Et vous voilà donc un jour en train de discuter d'un sujet qui ne vous concerne pas du tout et le lendemain, en train de donner un coup de main au voisin pour quelque chose que vous n'avez même pas encore su faire pour vous!!!

"Le monde est mal fait" pensez-vous car si on donne avant même de se donner à soi-même comment va-t-on faire pour se satisfaire? On est heureux d'avoir fait son propre lit avant d'aller faire celui des autres, d'avoir mangé ce qui nous plait avant d'aller cuisiner pour les autres et surtout de pouvoir être là où les autres ne sont pas pour un jour pouvoir leur offrir notre belle découverte.

Cela n'est pas ainsi que cela se passe vraiment en vous et autour de vous?

"Ah bon?" Et pourtant, c'est bien ainsi qu'il faut faire pour être un "bon" parent, un "bon" mari, une "bonne" épouse ou même un "bon" employé. Il faut d'abord s'accoutumer à quelque chose et ensuite on peut mieux le pratiquer et le transmettre.

"Ah, il semblerait que vous fassiez parfois des choses que vous ne connaissez même pas juste pour dépanner ou pour faire plaisir aux autres?!"

"Ouh là là, on dirait bien que vous partez en terrain glissant".

A un moment donné, c'est certain que l'imposteur, ce sera vous légalement car quand on n'a jamais fait et qu'on dit aux autres qu'on pourra quand même les aider, alors on se met en route pour de sérieuses difficultés de compréhension, de réalisation et surtout de résultat.

Au cours de cette tâche ingrate qui vous fera peut-être croire que vous êtes en train de faire des miracles, le problème risque bien de pointer le bout de son nez. Et là ce seront deux personnes en totale difficulté.

Alors ne cherchez pas à trop dire, trop prendre, trop contenter... il faut juste être soi, là, à la bonne place et au bon moment et vous verrez que finalement, vous avez à votre actif bien plus de qualités et de compétences que vous ne le pensiez.

Belle journée à tous, là où vous serez car c'est là que vous y serez le mieux.


0 vue