Mi figue, mi-raisin...


Il y a des moments où l'on vit des situations un peu ambiguës : on se sent bien certes, tranquillisé, dans un environnement qui nous correspond plutôt bien et puis voilà qu'après des mois voire des années de fausse paix intérieure car on le sait très bien qu'il nous manque toujours quelque chose, on se retrouve nez à nez avec ce qu'on n'attendait plus vraiment en face de nous!

On l'a tant désiré et puis on l'a tant chéri au fin fond de notre être que lorsque cela vient se concrétiser, on dirait qu'on ne va pas vraiment le réaliser.

Alors par moment, on sent bien que ce petit être bouge à l'intérieur de nous ou que cette personne qu'on vient de rencontrer est plutôt un bon atout mais finalement, on ne s'autorise pas à profiter pleinement de ce bonheur qui nous envahit parfois après tant de dures années de labeur... Et pourquoi cela?

Pourquoi faudrait-il sauter de joie quand on a passé tant de temps à ne plus croire en quoi que ce soit et surtout comment matérialiser un bonheur naissant alors qu'on sait très bien qu'à plusieurs reprises, on est venu nous reprendre ce qu'on pensait avoir correctement semé?

Quel dilemme et surtout quelle difficulté de finalement prendre ce qui est bon dans l'aventure et laisser au destin cette part de nos malheurs passés.