De vous à moi...


Le détachement...Parlons-en...

Nous sommes parfois amené dans notre existence à avoir des liens très étroits avec certaines personnes.

Nos vies s'entremêlent entre peurs et joies et surtout nous passons beaucoup de temps à nous réconforter, à nous apporter des conseils, à nous motiver, à nous accompagner.

Nous parlons de tout ce qui nous est arrivé, nous décidons de faire des choses dans un esprit de communauté. Puis nous rions ensemble de ce qui nous arrive parfois comme nous pouvons pleurer pour les mêmes déboires qui nous sont arrivés. En fait nous sommes comme on dit « sur la même longueur d'onde », "très connectés".

C'est très sympathique une situation pareille dans le sens de système nerveux sympathique et parasympathique. C'est à dire que cela nous prépare très souvent à passer à l'action, à faire face à une situation de stress.

Or un jour tout cela s'arrête. Ne me demandez pas le pourquoi du comment ! Je sais juste que dans beaucoup de situations de la vie tout simplement, il y a un début et une continuité ou non.

Et il y a surtout un besoin de détachement de l'un ou de l'autre, de grandir par soi même, de prendre son envol, de retrouver son libre arbitre sans devoir se justifier, de devenir plus autonome, de chercher ailleurs ce qu'il ne trouve plus chez l'autre et surtout il a besoin de respirer de l'air avec une autre personne qui lui permettra d'en apprendre toujours plus sur sa propre vision des choses.

Être ensemble c'est se confronter en permanence, à ce que l'autre pense, à ce qu'il ressent, à ce qu'il fait, à ce qu'il émet comme forme pensée. Alors quand tout va bien et que les personnes sont complémentaires, c'est comme on dit « presque parfait ».

Mais si les gens ne sont sur le même chemin que pour apprendre à mieux communiquer, à se faire du bien un court moment ou qu'ils ont juste besoin de s'apporter mutuellement ce qu'ils pensaient ne pas avoir au fond d'eux, alors oui un jour le détachement sera nécessaire et surtout bénéfique pour les deux personnalités.