Bon à savoir...

Croire ou ne plus croire au Père-Noël ?


En cette période de fête, on a tous envie de continuer de croire en un monde meilleur qui nous ferait le plus grand bien et surtout qui nous donnerait moins de fil à retordre.


Mais si on s'arrête quelques instants sur les instances de notre découverte, on réalise très vite que le jour où on ne croit plus en rien, on finit également par ne plus rien savourer du tout. On devient comme ces êtres blafards qui pensent que tout est déjà cousu d'avance, qu'on ne peut plus rien apercevoir dans le brouillard de nos idées toujours plus floues et surtout qu'on part finalement vers le grand désespoir de ne plus rien voir arriver de positif dans notre vie.


C'est vrai que croire en tout peut devenir un piège goguenard car il peut nous amener à attirer à nous des choses qui ne seraient pas du meilleur espoir pour faire de notre évolution un lieu de de centre de détention de nos meilleurs atouts.

On est parfois très étonné de voir que ce qui nous rapproche toujours un peu plus du monde des croyances est finalement le fait d'avoir été déçu de tout. Alors que si on prend les choses comme elles viennent, on ne peut plus croire en rien d'autre que ce qui nous est offert devant nos yeux.


On n'imagine plus qu'au détour d'un chemin, il se pourrait que nous soyons victime de notre propre destin. On se met à être guidé par notre intuition première, celle que les enfants ont parfois gardé quand ils sentent d'eux-même qu'ils sont toujours au plus près de leurs vrais projets.


Mais nous les adultes, on a oublié de mettre au travers de notre chemin des anti-virus qui viendraient nous détourner de nos peurs de ne plus rien voir arriver de bien sur nos routes fleuries mais sûrement mal arrosées certains matins.


Alors on croit et puis finalement on décroit car plus on pense que ci ou ça va finir par nous arriver un peu comme un cheveu dans la soupe de notre voisin ou comme un pou sur la tête de notre enfant, alors que rien ne nous prédestine à ça, et plus on finit par ne plus voir le vrai fil conducteur de notre destin qui est de faire avec ce qui est et surtout de ne plus être dans un esprit réducteur quand parfois il serait doux de mettre toujours plus de grandeur dans ce qui nous arrive chaque matin.


Oui croire pourrait peut-être nous donner un côté illusoire que tout serait finalement bien plus réalisable que le commun des mortels veut bien le faire paraître. Mais en fait plus on croit et plus on pense détenir une partie d'un tout alors que le tout n'est que la somme de petits riens. Et quand on vise le rien et bien on peut s'attendre à tout.

Alors finissons-en avec des croyances peu probables et remettons cent fois sur le métier notre pensée ouvrable, celle que nous aménageons un peu à notre guise quand plus rien ne vient finalement cohabiter avec nos désirs de nous rendre toujours au plus près de nos vrais besoins.


Quand vous croiserez le Père Noël, demandez lui de vous faire le cadeau de votre vie réelle, celui de vous redonner ne serait ce que pour un instant l'illusion que tout serait bien plus magique qu'on ne le pense vraiment.


Rien n'est impossible, tout est entre deux temps. Celui d'avoir été et celui de devenir et au milieu coule une rivière celle de vivre intensément tout ce que l'on a de plus précieux au coeur de notre vie : des instants de bonheur quand tout est en cohérence entre ce qui est et ce qu'on perçoit de notre réalité.


Belle journée à tous et que ces fêtes de fin d'année soient l'occasion de faire une plus grande place à ce qui est et de laisser derrière vous ce qui aurait pu être si .....Avec des "si" on ne peut pas faire grand chose mais avec de l'amour, on peut tout reconstruire.