Mais où va le monde ?

A l'aube de ce nouveau cycle qui débute et face à tant d'événements et de chamboulements dans des systèmes dits empiriques, on peut bien se demander où vont partir toutes nos valeurs personnelles que ce soit dans le monde intime, celui de la famille, de la vie sociale et surtout celui du monde professionnel.


On s'interroge. Non pas qu'on soit frileux face à tant de transformations car on sait bien que tout doit évoluer si l'on veut être en conformité avec le taux vibratoire changeant de notre terre mère. Mais plus parce que, par moment, on ne se trouve plus du tout en adéquation avec ce qui se passe dans notre propre environnement.


Alors faut-il prendre la décision de quitter l'endroit que nous occupons, le poste, la place, le statut voir même s'échapper du milieu dans lequel on se situe? Ou alors faut-il se mettre en résistance avec un monde qui ne nous parle plus vraiment et surtout qui ne vibre plus à nos propres résonances?


On est tous fait pour quelque chose. Et parfois on sent bien que le monde dans lequel on évolue depuis un moment est un peu à l'étroit dans notre coeur.


Certains diront qu'il faut bien que nombre d'entre-nous posent des règles pendant que d'autres vont les suivre du mieux qu'ils peuvent. Mais au bout du compte, ne serions-nous pas tels des moutons qui se sentiraient guider par leur tête et plus du tout par l'essence même de leurs propres vérités?


Tout est en train de prendre une autre tournure, ces derniers temps. Alors ce que certains appelaient l'ère des "inepties bureaucratiques" n'est-elle pas tout simplement un peu révolue?


Ne pourrait-on pas demander au peuple et tout simplement à la population occupante de chaque sphère dans laquelle nous évoluons ce qu'elle aimerait faire pour vivre plus en accord avec ce qui se passe réellement?


On est parfois amené à subir des situations qui ne sont pas du tout en règle pour nous plaire. Mais en finalité c'est en faisant une prière collective universelle que nous parviendrons à prendre assez de recul et parfois revenir en arrière pour mieux jauger la situation.


"On est pris dans un étau", diront certains car pas de choix possible à faire. Mais n'est-ce pas là plutôt une autre manière d'appréhender les choses qui nous est demandée?

On peut subir sa vie ou la vivre au mieux. Et pour cela, il est vrai qu'il faut parfois faire un pas de travers et se sortir d'un piège qui s'est refermé sur nous.


Mais si chacun prend le temps de mettre noir sur blanc sur le papier ce qu'il est capable de faire, ne peut-il pas résolument attirer à lui ce qu'au fond de son propre coeur, il aimerait?


On a tous des expériences à faire mais surtout des leçons à en tirer. Alors prenons le temps de nous rallier à la terre de nos ancêtres et de reconquérir notre monde afin qu'il ne soit plus surfait mais bien plutôt dans la mouvance de l'air : celui que nous respirons encore avec gratuité et bienveillance pour le monde entier.