Bon à savoir...

Les défenses "humanitaires"...

 

Il y a des moments où l'épuisement est à son comble.

On se sent vidé de l'intérieur et l'extérieur ne semble pas très propice à améliorer nos conditions de vie.

 

Pourquoi nous faudrait-il mettre autant de distance avec notre énergie, si ce n'est finalement pour de bonnes raisons? Que se passe-t-il au fin fond de notre corps et de notre esprit quand on ne peut plus tenir sur nos deux jambes? Avons-nous besoin de fuir une situation qui ne demande peut-être qu'à inverser la pression et nous inciter à mettre plus de calme en nous quand tout autour le tonnerre gronde?

 

C'est dur de ne plus pouvoir satisfaire personne et surtout cela rend parfois la vie bien monotone. Alors on y met finalement un peu moins de volonté de vouloir sortir de la situation précaire dans laquelle on se trouve car plus rien ne vient vraiment sonner à la porte de nos sentiments.

 

Et quand on n'éprouve plus de plaisir dans rien et encore moins en présence de certaines personnes et bien plus rien ne vient rayonner au sein de notre coeur. Et c'est le corps qui finit par dire "stop, moi je ne veux plus cautionner cette overdose de mauvaises pensées et surtout de manque de respect à votre âme entendante".

 

Elle aussi, aimerait faire comprendre à qui veut bien l'entendre que ce qu'il y a à vivre parfois est nécessaire à beaucoup de monde. Mais personne n'est prêt à faire de véritables concessions et encore moins à admettre que c'est en se mettant sérieusement à quelque chose qu'on finit par le voir réellement arriver par la porte principale de notre destinée.

 

Alors oui parfois le corps se met en défenses humanitaires.

Il oublie que pour s'aimer soi, il faut aussi savoir bien s'entourer. Alors il cherche à fuir le monde qui l'entoure dans sa réalité et ainsi part se réfugier dans un monde imaginaire fait de cette hospitalité tant recherchée.

 

Et quand on se retrouve seul au fond de son lit d'hôpital ou cloîtré à la maison, "coocooné" entre quatre murs bien au chaud, et bien là plus la peine de faire croire aux gens qu'on sera toujours le meilleur compagnon.

 

On peut enfin se mettre à être et surtout à vivre pour de bon. Quand on est couché du matin au soir, c'est souvent là où on apprend à prendre de vraies décisions. On met notre corps à la diète de nos passions et on peut utiliser notre esprit à bon escient.

 

Ne pensez plus que la maladie est parfois une punition car lorsqu'elle vous parle pour de bon c'est très souvent pour vous ramener à une meilleure évolution.

 

Belle journée à tous et que chacun puisse enfin ne plus être tributaire de la somatisation pour faire comprendre à soi-même et à son entourage proche que là, il va falloir cesser de se mettre trop de pressions.

 

 

 

 

Share on Facebook
Please reload

Posts Récents
Please reload

Catégories
Tags
Please reload

Retrouvez-moi
  • Icône social Instagram
  • Facebook Basic Square