C'est mon histoire...



LES PROTECTIONS...


Quand on commence à dire aux personnes que l'on rencontre que nous sommes canal et que donc, nous pouvons recevoir des messages de l'au-delà, ils nous posent souvent la même question : ce n'est pas dangereux?


Alors au début, je me demandais un peu de quoi ils me parlaient car pour moi il n'y avait pas de problème. Et puis en fait, je me suis rendue compte que oui il ne fallait pas travailler avec les énergies n'importe comment.


À commencer par un jour précis, où j'ai voulu consulter avec mon pendule et savoir qui venait empêcher une de mes clientes de pouvoir être bien chez elle et surtout de vendre son affaire.


Je venais d'aller faire mon jogging et tout s'était bien passé. Or, au moment où je me suis installée devant ma table j'ai pressenti qu'il ne fallait pas y poursuivre dans ce sens mais je voulais tellement faire plaisir à la cliente qui m'avait demandé de lui donner plus de renseignements sur ces entités que j'ai continué. Et quand j'ai commencé à penduler sur les planches, j'ai senti que ma respiration se bloquait très vite. Je me suis sentie mal, une quinte de toux est arrivée et peu à peu les poumons ont été pris. Et là, j'ai compris que je ne devais pas continuer. J'ai pendulé de suite sur la planche du corps humain pour voir où cela m'avait touché : poumons et oesophage.

Du coup, je me suis vite allongée et je me suis faite un soin. Cela s'est passé rapidement et j'ai retrouvé une respiration normale : plus de suffocation et de blocage. Mais s'en est suivie une période de carence de 15 jours où j'ai été en quelque sorte privée de mes dons.


En fait, il aurait fallu que je regarde d'abord sur la planche des accords, si j'avais l'autorisation de penduler et seulement après faire ce travail, si cela était possible.

Je n'ai plus jamais oublié la leçon et aujourd'hui j'écoute mon ressenti et je suis surtout le protocole!


Il faut savoir également que dans notre mission de vie, celle d'être un canal entre les deux mondes, il y a un code de déontologie. On ne peut pas, par exemple, aider quelqu'un qui ne nous en a pas fait la demande consciemment.


Si il est dans le coma ou trop jeune, on peut demander à une tierce personne si il a fait une demande inconsciemment mais surtout on se connecte à son âme pour lui demander l'autorisation. Il y a ainsi quelques règles qu'il faut savoir respecter en toute circonstance.


C'est étrange, disent certains, tu ne prends donc aucune protection?


Au début, je disais "non, je me connecte à mon coeur, je m'entoure de lumière blanche et je fais ce qu'il faut". Mais en fait en y regardant de plus près, je me suis rendue compte que j'étais finalement bien protégée.


Tout d'abord j'ai longtemps été accompagnée par mon ex-patronne là où j'ai travaillé en sortant de l'école hôtelière. Elle m'offrait beaucoup de protection et de livres. Je débutais dans la spiritualité, à proprement dit, et j'ai pris tout comme acquis. Je savais que c'était bon pour moi, cela me faisait plaisir. Elle se rendait souvent en Italie et m'a offert une fois une toute petite pochette avec à l'intérieur une médaille du Padré Pio et une prière, puis des bijoux ou broches avec certaines pierres, ...


Au départ, je ne m'y suis pas vraiment intéressée de près : c'était à chaque fois un cadeau que j'appréciais et que je gardais sur moi dans mon porte monnaie.

Et puis, petit à petit, cela s'est intensifié au fil de mes expériences : des pièces du sacré coeur, de la Basilique de Fourvière à Lyon, du Vatican à Rome une grande photo du Padre Pio, une icone de la vierge, un tableau avec les deux prières : celle du "notre père" et celle du "je vous salue marie" dans un cadre en bois d'olivier...


En fait je me suis rendue compte que les protections venaient au fur et à mesure de mon évolution ou que je les redécouvrais, en rapport avec ce dont j'avais besoin.

Deux petits bouddhas et la tête de Shiva, une vierge du Portugal,... et j'ai moi aussi reçu des messages de mes guides qui me demandaient de me procurer certaines choses : une croix. J'étais étonnée car je ne suis pas plus chrétienne que bouddhiste, et en fait c'est en arrivant chez le bijoutier que j'ai compris : c'était de l'Ankh dont ils me parlaient, la croix de vie, symbole des pharaons d'Egypte. Puis ils m'ont conseillée d'acheter un chapelet tout en bois et corde naturelle que je garde dans mon sac en permanence.


Alors oui en fait j'ai beaucoup de protections mais pour moi cela s'est fait tellement simplement que j'en ai oublié qu'elles étaient toutes là autour de moi!


Vous allez peut-être penser que vous aussi vous devez vous protéger.

Je dirais qu'il est bon de pouvoir se sentir accompagné et surtout en sécurité. On sait que chaque objet porte en lui une énergie alors selon que ce soit un présent que l'on vous a fait ou quelque chose que vous avez trouvé ou acheté, si cela parle à votre coeur et vous remplit de bonheur, cela sera d'une grande efficacité dans votre cheminement.

Ce n'est pas parce que nous avons des protections que pour autant il nous arrivera ou pas des problèmes, c'est juste que les énergies demandent un certain rituel et de respecter des lois et que parfois on peut un peu déranger certaines entités qui n'ont peut-être plus envie d'être là mais de partir dans la lumière par quelque moyen que ce soit.