top of page

C'est mon histoire...

Le 8 mars 1999, une femme s'est donné le droit...le droit de faire ce qui lui semblait le plus juste pour elle à cet instant T pour continuer de vivre comme elle le pensait. Elle a pris une décision qui a changé sa vie à tout jamais.


A t-elle était guidée ? A t-elle était influencée ? A t-elle était contrainte et forcée ? Nul ne le saura peut être jamais.


Le 8 mars une femme a décidé de vivre une expérience incroyable. Une aventure que de nombreuses femmes aimeraient vivre au moins une fois dans leur existence. Quelque chose qui n'arrive jamais au hasard. Un évènement rempli d'amour et d'espoir.


Le 8 mars une femme a donné la vie. Elle a rendu possible ce que peut-être elle croyait impossible. Elle a fait de cette journée SA journée et celle de 2 autres personnes à ses cotés. Elle a mis un visage, un corps un esprit sur un rêve peut-être inavoué ? Elle est allée au terme de sa grossesse. Elle a compris que c'était le jour J.


Le 8 mars, une femme a décidé de prendre sa vie en main et de ne pas assumer ses droits parentaux. Elle a mis son enfant au monde et l'a laissé dans son berceau. Elle a pris le responsabilité de communiquer une fausse adresse et de quitter discrètement l'endroit où elle est devenue une mère dite "biologique".


Le 8 mars, une petite fille est née. Sa date de naissance n'est certainement pas le fait du hasard. Après avoir occupé pendant plusieurs mois, le ventre de sa maman, elle s'est retrouvée au milieu de nulle part dans un hôpital de Dakar.


Le 8 mars, des gendarmes sont venus la chercher, ont tenté de rechercher sa mère à l'adresse qu'elle avait laissée. Personne n'y résidait en tous cas pas celle qu'ils recherchaient.


Le 8 mars une femme a fait le choix de confier son bébé, la chair de sa chair, à des personnes qui seraient plus aptes à l'élever. La pouponnière de Dakar s'en est chargé puisque c'est là que les gendarmes l'ont déposée.


Le 8 mars cette petite fille a rejoint d'autres enfants comme elle et on lui a donné un prénom français.


Le 8 mars 1999, c'est le jour où j'ai rêvais de l'enfant que j'allais adopter. Je voyais son visage. Je ne savais pas encore à l'époque qu'elle était née.


Le 8 mars, j'ai donc ressenti que nos vies seraient à jamais liées.


Chaque 8 mars, je remercie cette maman d'avoir osé prendre cette décision radicale et faire de moi une maman d'adoption.


Le 8 mars est la journée des droits de la femme mais c'est surtout pour moi le jour d'anniversaire de ma fille ainée, le jour de sa venue au monde.


Que chaque femme puisse se donner le droit de vivre sa vie comme elle l'entend car la vie est bien faite : ce que certains ne peuvent pas faire, d'autres se sentent prêts à l'assumer.


Chaque 8 mars, je remercie cette femme de n'avoir pas eu recours à l'IVG et d'avoir pu aller au terme de sa grossesse et d'avoir donné vie à cette jeune fille qu'elle est devenue aujourd'hui.




7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page