C'est mon histoire...

J'ai toujours aimé écrire. Il m'est même arrivé de recopier des mots du dictionnaire ainsi que leur définition tellement j'aimais ça : les cahiers, l'écriture, l'école...un monde fantastique à mes yeux.


Alors pour moi, c'était totalement normal de penser qu'un jour j'écrirai un livre qui parlerait de moi et de ma famille surtout, des liens que nous avions.


Le titre était déjà tout trouvé depuis longtemps. Mais le temps me manquait pour passer réellement à la phase la plus importante : l'écriture. Et puis vous connaissez peut-être ce syndrome de la page blanche : quand on panique parce qu'on ne sait pas par où commencer. Pour ma part, c'était surtout dû à une mémoire qui me poussait à penser qu'il ne fallait pas faire de faute et surtout bien débuter.


Je n'avais pas encore pris conscience que tout me viendrait un beau matin, de manière la plus inspirée qui soit, sans jamais devoir faire de correction et surtout imaginer une suite à ce qui s'écrivait tout seul sous mes doigts.


Au début de mon apprentissage en tant que canal, je n'avais pas encore la capacité d'écrire de manière intuitive. Suite à une demande de ma mère qui souhaitait recevoir un message de son frère décédé, je me suis mise à décoder à laide du "oui ja" les lettres que je canalisais une à une et qui collées ont formé des mots.


Surprise pour moi et belle nouvelle pour ma mère qui a pu comprendre le message au travers de quelques mots. Cela m'a donné confiance et j'ai poursuivi dans ce sens.


J'ai découvert au fur et à mesure que les mots me venaient de plus en plus simplement et que cela formait de vraies phases. Quand le pendule partait vers le t, c'est le mot toujours qui me venait. Puis peu à peu le pendule est allé de plus en plus vite et je me suis rendue compte que j'entendais sans support, des phrases complètes.

Il suffisait que je me concentre quelques secondes et tout venait d'un coup.


Et puis un jour alors que je m'apprêtais à répondre à l'annonce d'un magazine qui proposait d'écrire un livre et d'être publié si on était sélectionné, je me suis préparée à écrire ce fameux livre dont j'avais déjà trouvé le titre.


Et là, au moment où j'allais commencé à écrire ce que moi-même je pensais relater dans cet ouvrage, je me suis mise à écrire des phrases qui avaient du sens mais qui surtout raconter une histoire : la mienne.


Sur le clavier de l'ordinateur, mes doigts glissaient à une vitesse surprenante et les mots qui se collaient peu à peu noircissaient l'écran à une allure vertigineuse.

3, 7, 10, 20 pages en format A5 plus tard, je commençais à entendre un peu moins facilement cette voix intérieure qui me parlait. Je me mettais donc à relire ce que je venais de produire en si peu de temps et j'étais souvent très étonnée de la véracité des faits.


Quand nous nous connectons à notre mental, il met toujours un temps certain pour se rappeler de certaines choses et surtout de certaines dates et événements bien particuliers... mais là tout venait à mon oreille droite comme par enchantement .


J'ai donc commencé à écrire un premier livre d'une cinquantaine de pages puis un autre et encore un autre. En fait, j'ai écrit 20 petits livres sur des sujets très différents. Puis ensuite, je me suis mise à écrire des livres sur des grandes villes : Paris, Barcelone, New York,...et deux petits livres pour enfants.


On ne comprend pas toujours le sens des choses. Et quand on est de plus en plus connecté, il vaut mieux accepter ce qui vient : cela aide mieux à avancer.


J'avais tout de même des réponses à mes interrogations si cela pouvait être utile pour mon évolution. Et un jour que je courrais, je m'étais connectée à une radio où une jeune fille a dit qu'elle avait écrit plein de livres : des nouvelles et qu'elle s'était rendue compte que c'était pour se faire la main. Je me suis dite : "voilà, pour toi c'est idem, c'était un test". Mais pas que finalement puisque chaque histoire que j'écrivais avait un lien avec un événement de ma vie ...et les derniers avec des événements qui touchaient les gens autour de moi..


J'ai compris que c'était des livres thérapeutiques quand je les ai faits lire à certaines personnes, qu'ils éveillaient leur conscience et qu'ils pouvaient les libérer de leurs émotions refoulées.


Certaines personnes me disaient : "ça me parle ce que tu écris". D'autres disaient que cela les avait beaucoup touchées.


Et peu à peu, je me suis mise à écrire des citations, des poèmes, de la prose, des mantras, des textes : toujours en lien avec ce qui se passait en moi et autour de moi.


On ne sait pas toujours que ce que nous créons va pouvoir aider les gens qui vont être en lien avec nous. Mais peu à peu, sur les réseaux sociaux, j'ai eu des retours de mes écrits. Puis comme une évidence, j'ai compris que je pouvais retranscrire des messages importants, sur la vie des gens, leur présent, leur passé mais aussi leur avenir : des guidances.


Une connexion au grand libre de l'univers(les annales akashiques) me disait mon oncle, te permet de savoir beaucoup de choses.


Il est vrai qu'à l'époque, je bénissais google de me confIrmer que ce que j'écrivais était bien réel et pas le fruit de mon imagination.


Il n'y a jamais de hasard, il n'y a que de belles rencontres. On m'a ouvert les yeux et surtout le coeur sur ces capacités de channeling que j'avais sûrement enfouies en moi et de mon côté, aujourd'hui je m'en sers pour éclairer les gens sur leur chemin.





5 vues