top of page

Exercices spirituels...

Compassion...

Regardez les choses à partir de votre divinité. Suivez votre vraie nature et choisissez la voie de la douceur. Interrogez-vous lorsque vous faites quelque chose :

"Est-ce vraiment bon pour moi? Est-ce bon pour mon environnement?


Paix...

Nourrissez votre paix intérieure. Faites attention aux stimuli extérieurs que vous acceptez. Qu'est-ce qui vous cause du souci et de l'agitation? Et quelles choses vous procurent-elles au contraire de la paix et de la confiance? Si vous remarquez que vous autorisez surtout les soucis et l'agitation, vous pouvez vous entrainer à faire de meilleurs choix. De quoi se nourrit votre paix intérieure? La méditation, des livres inspirants, une promenade dans la nature? Consacrez-y sciemment davantage de temps et de place.


Nourrissez la paix dans toutes les conversations. Chacun a droit à ses propres convictions. Si quelqu'un dit quelque chose avec son coeur, essayez de ne pas le contredire. Exposez votre avis parallèlement au sien, sans "violence", ni résistance.


Bienveillance...

Soyez reconnaissant. La bienveillance commence elle aussi à l'intérieur. Les mots et les gestes sont toujours précédés de pensées. Il est possible de tuer dans l'oeuf une pensée malveillante en lui opposant de la gratitude. "Je peux vivre avec quelqu'un et lui faire des reproches. Mais je peux aussi être reconnaissant du fait que quelqu'un souhaite partager mon existence." Mobilisez votre gratitude et les pensées désobligeantes disparaitront. Les émotions positives et négatives ne peuvent pas exister simultanément.


Racontez-vous une autre histoire. Les émotions qui nous traversent durent au maximum une minute - à moins que vous commenciez à cogiter. Laissez les émotions désagréables venir...et repartir. N'y associez pas de pensées négatives ou songez à quelque chose de positif.


Compréhension...

Défaites-vous de l'incompréhension. Écoutez les points de vue de toutes sortes de personnes, des sociologues, de vos voisins, des personnes dans la file à la caisse, des politiciens du "camp adverse", etc... Pour vous y aider, dites-vous que la vérité de quelqu'un est aussi réelle pour lui que votre vérité l'est pour vous. Après avoir écouté attentivement, reconnaissez la part de bon chez l'autre.


Source : Happinez







8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page