top of page

Le syndrome de l'automate...

Un matin tu te réveilles et tu te dis que tu n'as pas vraiment fait de ta vie ce que tu aurais aimé. C'est un peu comme si on t'avait volé pendant des années tes envies, tes espoirs, tes rêves, ton ambition.

 

Tu as évolué certes mais pas vraiment comme tu l'aurais aimé.

Tu as acheté une maison, tu as construit des projets, tu as fondé une famille mais finalement, tu ne t'y retrouves pas vraiment.

 

C'est comme si tout avait été créé à l'avance. Tu as le sentiment d'avoir vécu des choses un peu comme un automate ! On t'a proposé de faire comme ci ou comme ça et toi tu t'es exécuté. Tu as pourtant la sensation d'avoir désiré tout ce que tu as mis en place mais était-ce vraiment issu de ton intuition (l'expression de ton être le plus élevé)?

 

Parfois on se dit que ce serait mieux de faire ainsi et il y a comme quelque chose qui nous pousse à faire autrement. Un souffle étrange qui s'empare de toutes nos actions et qui finit par nous détourner de nos projets d'antan, ceux qu'on avait quand on était encore enfant (l'âge de l'innocence). Fallait-il les mettre aux oubliettes ou finalement les avons-nous de nous même laissés être phagocytés par l'ère dans laquelle on évolue?

 

On peut parfois se tromper de modèle mais on est très vite rattrapé par un besoin profond de nous reconnecter à ce qui nous pousse intérieurement. Mais parfois c'est comme un fil invisible qui nous relie à un monde dans lequel on s'était pourtant dit :

« Jamais de la vie, je ne ferai telle ou telle chose ».

 

Le monde des automates est un monde magique car il nous montre que des personnages en bois ou autre matériau peuvent prendre vie.

Il suffit de les relier à un fil qui sera ensuite manipulé par une personne ou une machine pour faire tel ou tel geste, pour aller dans telle ou telle direction.

 

Se prendre pour un automate est un jeu qu'aiment particulièrement les enfants : ils font comme si ils ne savaient plus rien faire par eux-même et demandent à ceux qui les entourent de leur donner des ordres.


Sauf que tout cela se fait de manière plus ou moins consciente et rentre dans un processus de développement psychomoteur pour comprendre que finalement il est préférable de décider par soi-même de ce qui est véritablement bon pour nous.

 

Le syndrome de l'automate ne répond donc plus aux attentes des uns et des autres qui est de garder son libre arbitre : c'est se retrouver à devoir faire des choses qui ne sont pas vraiment en phase avec ce qu'on aimerait réellement faire. C'est être être manipulé sans en prendre conscience. C'est faire comme la masse dominante l'a décrété et se faire enrôler de force dans un égrégore collectif.

 

Peut-être, vous ne vous en rendez pas vraiment compte mais c'est souvent en vous posant que vous prendrez conscience que parfois vous êtes comme poussé à faire les choses de telle ou telle manière.

Revoyez vos priorités régulièrement et surtout prenez le large quand vous vous sentez dépossédés de votre propre arbitrage.

 

Mettez-vous au vert ou allez vous baigner dans l'océan : se retrouver connecté aux éléments permet de prendre du recul face à ce qu'on croit vivre de notre plein gré.

 

Les automates, c'est bien, si on sait pourquoi et comment ça fonctionne et surtout quand on en fait le meilleur usage qui soit.


Publication écrite par Barbara Hocquette



syndrome de l'automate

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page