L'heure du bilan a sonné...


Il y a comme ça dans la vie des périodes qui comptent plus que d'autres et surtout des âges qui font réfléchir plus que d'autres.

Tous les 7 ans, il se passe quelque chose.

A 7 ans, c'est l'âge de conscience... A 14 ans, la puberté... A 21 c'est la maturité, l'ancienne majorité...A 28 ans, le mariage, le premier enfant...

A 35 ans, un nouveau travail, un nouveau logement, un nouvel enfant...

Et puis à 42 ans, on commence à faire un premier bilan. On est comme on dit au "sommet de notre vie" et on regarde d'un certain oeil le chemin parcouru depuis toutes ces années.

C'est souvent à ce moment là qu'on parle de la crise de la quarantaine ou de milieu de vie. On prend souvent conscience que ce qu'on a vécu comme expériences diverses, on les a un peu subies et qu'aujourd'hui, on souhaite enfin vivre notre vie dans le bien-être, en se prenant moins la tête et en faisant comme notre coeur nous le dicte.

Mais si pour des raisons X ou Y, on n'a pas pu se poser un peu pour conscientiser tout ça ou qu'on n'était pas en mesure de pouvoir faire ce bilan de notre vie car encore trop en recherche d'un mieux-être constant, c'est à 49 ans que cela se fait la plupart du temps.

Pour les hommes, on parlera de la crise de la cinquantaine mais cela peut arriver aux femmes aussi.

Au cours de mes consultations et également dans ma propre vie, j'ai pu me rendre compte que la première moitié de notre vie, on suivait un peu notre karma : ne prenant pas toujours conscience que nous reproduisions les mêmes schémas. Puis vers 40 ou 50 ans, selon les personnes et surtout leur chemin de vie, on décidait de rééquilibrer ce karma, de l'alléger en transcendant nos peurs, en changeant notre système de croyances et ainsi élever notre niveau de conscience pour être plus en accord avec notre véritable nature.

Alors voilà, cela fait deux semaines, jour pour jour, que j'ai fêté mes 49 ans. Et pour moi, il me semble être arrivée à ce fameux sommet, à l'heure du bilan, à l'orée de cette deuxième moitié de vie qu'il me reste à profiter si tout va bien .